La visualisation de l’information; prendre du recul pour mieux s’élancer

2015-07-Life-of-Pix-free-stock-photos-yoga-rocks-mountains-juliacaesar

Lorsqu’est venu le temps pour moi de trouver un sujet d’article pour le blogue d’ADNIA, d’emblée, j’ai choisi d’écrire sur la visualisation de l’information. Ce n’est pas compliqué, tous ceux qui ont travaillé un peu avec moi le savent, c’est un sujet qui me passionne, et ce, depuis de nombreuses années. Je pourrais continuer à lire sur le sujet sans me poser plus de questions, mais lorsque je regarde autour de moi, je me rends compte qu’il y a encore place à l’amélioration. Tous les jours, dans les journaux et sur les différents blogues que je parcours, il y a des affichages qui pourraient être améliorés, des graphiques avec des lacunes, parfois de grosses lacunes.

Je me suis donc dit qu’il y avait encore pas mal de choses à dire et que pour mettre tout le monde à niveau, je devais commencer par revenir à la base. Revenir à ce qui est trivial pour ensuite, remonter vers plus de complexité, vers les nouveautés avec leurs avantages et la meilleure façon de les utiliser. Ne pas oublier non plus d’exposer les lacunes de certains affichages, et même d’exprimer mes réserves pour d’autres et de vous expliquer pourquoi je le fais.

Comme en toute chose, lorsqu’on connaît les règles, les bonnes pratiques et qu’on les applique, on s’améliore. Aussi, on devient plus critique sur ce que les autres produisent comme affichages graphiques, sur ce qui est publié dans notre réseau. Tout comme un réalisateur expérimenté verra des détails dans le film d’un autre, qui passent totalement inaperçus pour nous, amateurs de cinéma.

J’ai réalisé combien cela est vrai, le printemps dernier, dans la classe d’un cours où j’ai abordé le sujet. Les étudiants, un peu sceptiques au début, en viennent à aiguiser leur sens critique et lors de leur travail de session, à penser à des détails qu’ils auraient simplement ignorés auparavant.

Je le sais, ce ne sera pas une sinécure, changer ces vieilles habitudes. L’utilisation de certains logiciels, tels qu’Excel, nous facilite parfois un peu trop la vie, proposant des graphiques qui ne sont pas toujours adaptés aux besoins. On se retrouve donc avec un graphique instantané, prêt en quelques secondes, mais ayant peu de profondeur. Je crois sincèrement qu’on peut faire beaucoup mieux, avec juste un peu plus d’effort. Il y a place à l’amélioration et avec un peu de pratique, chacun d’entre vous pourra être fier d’avoir amélioré ses connaissances sur le sujet et de mieux choisir ses graphiques.

Si déjà, j’ai piqué votre curiosité et que vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à aller jeter un œil sur le site de Stephen Few : Perceptual Edge, l’auteur le plus prolifique sur le sujet. Il y a entre autres un test où vous pourrez valider vos connaissances Graphic Design I.Q. Test (nécessite Flash).

Voici les différents articles de cette série sur les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation de données :

» Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation de données – Les courbes

» Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation de données – Les barres horizontales

» Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation de données – Les tableaux

» Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation de données – Les histogrammes

» Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation des données – L’encre informationnelle

En attendant, n’hésitez pas à me poser des questions sur le sujet. Cela pourrait mener éventuellement à de nouveaux sujets d’article, qui sait ?

Photo : LifeOfPix

auteur de l

Publié par: Karine Martel

Rédactrice de blogues depuis plusieurs années, je suis aussi formatrice et conférencière. Ayant une grande passion pour la visualisation de l'information, c'est ce sujet que j'aime principalement aborder.

One thought on “La visualisation de l’information; prendre du recul pour mieux s’élancer

  • July 18, 2016

    Jean-François Pelley

    Très intéressant ! De petites trucs qu’on oublie parfois. On pense que c’est clair pour nous, mais parfois, ce nest pas du tout clair pour la personne qui lit, à froid, les tableaux et graphiques. J’ai beaucoup aimé le concept du « data ink » et « non-data ink ».

    Jean-François Pelley
    Groupe Dancause

    Répondre

Laisser un commentaire

loading