Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation des données – Les courbes

Golden GateTel qu’expliqué dans mon premier article La visualisation de l’information; prendre du recul pour mieux s’élancer, je vais maintenant vous mener tranquillement mais sûrement, sur les chemins des meilleures pratiques de visualisation de l’information.

Lorsque vient le temps de concevoir un tableau de bord, on a tendance à vouloir essayer tous les petits gadgets visuels qui nous sont offerts. C’est tout à fait humain et ce n’est pas prêt de changer. Le problème, c’est que nous ne nous questionnons pas suffisamment sur la pertinence de ces gadgets, sur leurs aptitudes à présenter l’information d’une façon claire et efficiente. La seule question à se poser c’est : Est-ce que mon information est présentée de la bonne façon avec le bon outil visuel pour quelle soit facilement compréhensible par l’auditoire visé ?

En fait, pour la plupart de nos besoins d’affichage de données, nul besoin de refaire la roue. Des graphiques, qui existent depuis longtemps, ont déjà fait leurs preuves.

Les courbes ou comment démontrer l’évolution de vos données

Pour cette démonstration, nous allons utiliser les données sur les revenus de Facebook (disponibles ici) pour les années 2013 et 2014. Pour commencer, voici une reproduction approximative d’un graphique (figure 1) tel qu’il est présenté dans le rapport annuel 2014 du géant des réseaux sociaux (voir page 37). C’est la représentation assez simple, des revenus (publicités, paiements et autres revenus), par trimestre.

Figure 1

figure 1

À partir de ce graphique, pouvez-vous répondre à ces  questions ?

» Les revenus de publicité ont augmenté, oui, mais les autres ?

» Quel est le type de revenus où il y a eu une plus grande augmentation (en proportion) entre septembre et décembre 2014 ?

Pour répondre, il faut lire les étiquettes, analyser les valeurs détaillées et ensuite faire un calcul mental. Pas la façon la plus efficace de procéder.


Ce qu’il faut savoir, c’est que dès que le temps est impliqué (ici les trimestres) et que l’on veut démontrer l’évolution, il est nécessaire d’utiliser un graphique à courbes. C’est beaucoup plus facile et rapide de visualiser les hausses et les baisses et de voir tout ce qui sort de l’ordinaire avec ce type de graphique plutôt qu’avec les autres.


Voici donc les mêmes données cette fois représentées par des courbes.

Figure 2

figure 2

Même ainsi présentées, ce qui saute aux yeux au premier abord, c’est que les données sur les autres revenus (en gris) sont peu visibles par rapport à celles sur les revenus de publicité. On voit mal les changements dans le temps puisque ces revenus sont moins élevés que ceux de publicité. Si je veux voir ces changements de plus près, il est possible de simplement associer ces revenus à un nouvel axe. Nous voyons alors bien mieux que les hausses et les baisses se suivent sensiblement, mais pas toujours.

Dans l’exemple suivant (figure 3), les paiements et autres revenus sont liés à l’axe de droite. On voit très bien ainsi que ce ne sont pas les revenus de publicité qui ont eu la plus forte augmentation en mars 2014. Au contraire, ceux-ci ont légèrement diminués.

Figure 3

figure 3

Maintenant, vous vous dites probablement qu’il manque quelque chose. Mais où sont donc les étiquettes représentant les revenus pour chacun des trimestres? J’en ai besoin pour comprendre!


Les courbes, servent à démontrer la forme des données et ne sont donc pas destinées à remplacer un rapport détaillé. Le besoin est de voir si les revenus ont augmenté, pas de voir le détail de cette augmentation. Le rapport annuel de Facebook, mentionné au début de cet article, pourrait présenter ce détail dans un autre tableau. Si la forme des données soulève des questions, il serait toujours possible de s’y référer.


Mais pour faire plaisir au plus grand nombre, il est tout de même possible d’afficher les valeurs les plus hautes/basses (voir figure 4), ou même la première et la dernière valeur.

Figure 4

figure 4

Un autre élément important, que vous n’avez peut-être pas remarqué, c’est que le quadrillage et les lignes des axes ont été atténués. Ceux-ci ne doivent jamais prendre la place des données et doivent donc rester discrets.

Maintenant, si vous retournez aux questions posées précédemment, pouvez-vous mieux répondre ?


Pour garder l’efficience des courbes, un point important à considérer est la régularité des valeurs sur l’axe des X. Si votre graphique est mensuel et que vous n’avez pas de données pour un mois particulier, il est préférable d’inscrire le mois tout de même, en laissant un trou dans la courbe. Comme ça, chacun va remarquer l’absence de cette donnée.


Pensez-vous toujours que la courbe peut être remplacée, efficacement et en tout temps par un histogramme ? Dans un prochain article, je vais justement vous expliquer les avantages des histogrammes et le meilleur moment pour les utiliser.

Entre temps, n’hésitez pas à me poser des questions sur la visualisation de l’information. Vous pourriez me donner des idées pour un prochain article !

Vous avez apprécié cette lecture ? Voici les différents articles de cette série sur les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation de données :

» Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation de données – Les barres horizontales

» Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation de données – Les tableaux

» Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation de données – Les histogrammes

» Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation des données – L’encre informationnelle

Photo : LifeOfPix

auteur de l

Publié par: Karine Martel

Rédactrice de blogues depuis plusieurs années, je suis aussi formatrice et conférencière. Ayant une grande passion pour la visualisation de l'information, c'est ce sujet que j'aime principalement aborder.

Laisser un commentaire

loading