Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation des données – Les barres horizontales

buildingToujours sur la même lancée, voici la suite de mon article Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation de données – Les courbes.

En ces temps où la transparence, le partage de l’information et le concept de Big data occupent une place importante dans nos références, il est de plus en plus aisé de trouver des documents ou des rapports contenant différents affichages, que ce soit des graphiques ou des tableaux. Chaque fois que je vois de tels affichages, je me pose la question; est-ce que cet affichage aurait pu être amélioré ? Parfois, la réponse est non, mais plus souvent qu’autrement, c’est tout le contraire.

J’aime bien ainsi faire quelques recherches sur le web et je profite pleinement de ces trouvailles lorsque vient le temps de rédiger mes articles.

Les graphiques à barres ou comment classer vos données

Disponible sur le site de la Ville de Montréal, le document Budget de fonctionnement pour 2015 présente plusieurs informations disposées de différentes façons. Pour les besoins de cet article, un seul graphique a été choisi.

Ce graphique, représenté ci-dessous (figure 1), présente la répartition des chantiers résidentiels selon la ville/arrondissement/agglomération et il est possible de trouver le dit graphique, à la page 25 du document.

figure1

figure 1

Rapidement, il y a quelques points faibles qu’il est possible d’identifier, mais d’abord, à partir de ce graphique, pouvez-vous répondre à ces questions ?

» Quel est le top 5 des villes/arrondissements/agglomérations où les investissements sont les plus importants ?

» Quelle est la ville/arrondissement/agglomération ayant le moins d’investissement sur les chantiers ?

Oui, bien entendu, il est possible de répondre, mais seulement après avoir analysé attentivement les étiquettes. Mais un affichage graphique efficient doit démontrer ce qu’il a à démontrer, en un seul coup d’œil. Il ne devrait pas être nécessaire de déchiffrer chaque élément pour le comparer ensuite aux autres. Au troisième ou quatrième, on a déjà oublié le premier !


Les tartes, camemberts, beignes ou peu importe le nom qu’on leur donne, ne sont utiles que s’il y a 5 parts ou moins. De plus, si l’on veut classer les différentes parts, la première devrait débuter à midi et les autres suivre, de la plus grande à la plus petite, dans le sens des aiguilles d’une montre.


Les graphiques à barres horizontales fonctionnent très bien dans ce cas, comme vous pouvez le voir dans l’exemple suivant (figure 2). Encore une fois, pas besoin de chercher très loin pour trouver un affichage qui permet de bien visualiser ces données, de les classer efficacement et de les rendre facilement identifiables.

figure2

figure 2

Déjà, il est beaucoup plus facile de répondre aux questions posées précédemment. Les valeurs de la catégorie sont inscrites dans l’ordre, de celle ayant le plus d’investissement vers celle qui en a le moins. Le pourcentage inscrit pour chacune permet rapidement de les distinguer et de les comparer.

Il est tout de même possible d’y apporter encore des améliorations. Les décimales sur les pourcentages ne sont pas affichées, ce qui peut donner une impression de distorsion. Les écarts entre les montants ne correspondant pas à ceux des pourcentages. Cela, visuellement, nous induit en erreur. Si on jette un œil rapide, les trois dernières valeurs ont l’air égales alors que le montant réel, lui, ne l’est pas.

L’affichage d’une ou deux décimales prend alors tout son sens (figure 3).

figure3

figure 3

Notez que l’axe des X a été retiré, puisqu’il n’est pas nécessaire dans ce cas, la valeur associée à chaque barre étant déjà présente. De plus, contrairement à la tarte, aucune légende n’est nécessaire.


Autre point important sur les tartes et autres rondelles divisées en plusieurs parts; comme il s’agit d’afficher les parties d’un tout, le total des parts doit toujours être 100%. Dans l’exemple de la Ville de Montréal, c’était bien le cas.


Pour améliorer encore ce graphique il aurait été possible d’afficher la médiane (figure 4). On peut ainsi faire ressortir un certain déséquilibre entre les valeurs les plus grandes et les plus petites. Malheureusement, les logiciels ne sont pas nécessairement prêts à nous offrir de telles fonctionnalités.

figure4

Figure 4

Une légende devient alors importante car une nouvelle couleur est introduite.

N’oubliez pas d’ouvrir les yeux lorsque vous lirez votre journal ou votre revue préférée, vous ne savez jamais ce que vous pourriez y trouver. Si vous dénichez une perle, n’hésitez pas à m’en faire part, cela pourrait faire l’objet d’un prochain article.

Vous avez apprécié cette lecture ? Voici les différents articles de cette série sur les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation de données :

» Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation de données – Les courbes

» Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation de données – Les tableaux

» Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation de données – Les histogrammes

» Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation des données – L’encre informationnelle

Photo : LifeOfPix

auteur de l

Publié par: Karine Martel

Rédactrice de blogues depuis plusieurs années, je suis aussi formatrice et conférencière. Ayant une grande passion pour la visualisation de l'information, c'est ce sujet que j'aime principalement aborder.

One thought on “Les valeurs sûres dans le domaine de la visualisation des données – Les barres horizontales

  • November 24, 2015

    daiana

    Bonjour Karine, merci pour cet article qui met effectivement en lumière les bonne pratiques sur la diffusion de l’information !

    Répondre

Laisser un commentaire

loading